Fondation des monastères
Fondation reconnue d'utilité publique (décret du 21 aout 1974 )

Nos actions

 

1. Des secours financiers pour soutenir les communautés

La Fondation accorde de nombreux secours aux collectivités religieuses en difficulté financière.

À l'origine, les aides étaient principalement destinées à assumer le paiement des charges sociales. Aujourd'hui, il s'agit le plus souvent de contribuer au financement des indispensables travaux de rénovation des bâtiments ou de remise aux normes concernant infirmeries ou hôtelleries. Actuellement, les communautés contemplatives sont incitées à développer ou rénover leurs hôtelleries pour répondre à l'intérêt croissant du public.

Quelques exemples en images :

Réfection de toiture du Monastère orthodoxe Saint-Nicolas, La Dalmerie (34)

 

Rénovation de la chapelle des Clarisses de Voreppe (38)

       

Réfection de l'hôtellerie de l'Abbaye La Joie Notre Dame (56)

                             

Aménagement des combles du Monastère Notre Dame de la Sainte Espérance (10)

  

Remplacement de chaudière pour une chaudière à bois à Notre Dame de Saint-Eustase (40)

    

Isolation des toitures du Monastère des Clarisses de Voreppe (38)

  

Réaménagement de l'accueil à l'Abbaye La Joie Notre-Dame (56)

Intérieur

 

Extérieur

    

 

Comment sont distribuées les aides ?

Il y a deux sortes de secours :

1 - Les secours directs :
un budget de plusieurs millions d'euros par an est affecté aux communautés par le Conseil d'administration
 (4 416 000 € en 2016).

La caisse de secours de la Fondation est alimentée par les dons et les legs qui lui sont faits directement ainsi que par la part qu'elle retient - avec l'accord des communautés - sur les dons et les legs affectés à des communautés via la Fondation. C'est en cela que la Fondation des Monastères peut se dire "œuvre de solidarité monastique". Cette part représente 5% des dons et 10% des legs affectés.

Les demandes des communautés sont étudiées au siège, par un rapporteur qui présente ses conclusions au Conseil ou au Bureau de la Fondation. Pour être recevable, la demande doit émaner d'une collectivité religieuse. Ce qui exclut les associations de fidèles laïcs, ou encore le clergé séculier pour lesquels d'autres structures d'aides existent, telles en France les associations diocésaines.

2 - Les secours indirects : ils sont variables et dépendent des dons adressés à la Fondation par des donateurs qui les affectent précisément à telle ou telle communauté. Dans ce cas, la Fondation retient 5% du don pour les verser dans sa caisse de secours.

 

2. Des conseils pour guider les communautés

La Fondation a une activité de conseil de plus en plus importante auprès des communautés religieuses, due notamment à la complexité croissante du droit et à la diversité des structures des communautés.
Afin de répondre au mieux aux questions des communautés, la Fondation réunit en commissions fiscalistes, notaires, avocats, juristes spécialisés en droit public ou en droit associatif.