Fondation des monastères
Fondation reconnue d'utilité publique (décret du 21 aout 1974 )

Association MONASTIC

Les archives des "INFONET" se trouvent sur le blog de Monastic.

Pour y accéder, CLIQUEZ ICI.

 

Pour connaître la composition complète du Conseil d'administration : télécharger le PDF

 

 

Vous savez le soin que mettent nos services à traiter les dons qui vous sont affectés. Beaucoup d'entre vous les collationnent avant de nous les adresser. Nous voulons attirer votre attention sur le fait que désormais la date mentionnée sur les chèques n'aura pour nous qu'une valeur indicative. La seule date prise en compte pour le reçu fiscal sera la date à laquelle les chèques seront reçus à la Fondation. Cette règle est la juste application de la notion fiscale de la date d'un don : celle de la date de remise physique dans les mains du bénéficiaires.

Dans l'intérêt de vos bienfaiteurs, il vous faut donc être d'autant plus vigilants dans la rapidité de la transmission des dons tout au long de l'année et tout particulièrement :

- en avril, mai, juin, période de dépôt de la déclaration de l'Impôt sur la Fortune Immobilière, l'IFI, qui remplace l'ISF; cette déclaration se fait en même temps que la déclaration des revenus, selon le calendrier fiscal à surveiller sur le site

en fin d'année, pour les dons déductibles de l'impôt sur le revenu ou sur les sociétés.

Cette contrainte rend le don en ligne d'autant plus attractif pour vos donateurs. Ils trouveront  facilement sur le site de la Fondation la communauté de leur choix et maîtriseront ainsi la date prise en compte pour leur reçu, qui est la date de la transaction en ligne. N'hésitez pas à le leur signaler.

 

 

accueil.gif

 

Faire une retraite

" Les hôtes seront reçus comme le Christ " (Règle de saint Benoît)



La tradition d'hospitalité est observée dans la plupart des monastères et répond aujourd'hui à une demande croissante de pratiquants, assidus ou non, qui ont besoin d'une halte spirituelle.

S’arrêter au monastère suppose une attitude d’ouverture intérieure. C’est un temps de retraite en silence, selon le mode particulier d’accueil et d’hébergement offerts par les communautés, pour des durées d’un jour à une semaine.
Les retraitants sont invités à suivre les offices et un accompagnement spirituel est souvent possible.
Les hôtelleries sont de tailles diverses. La plupart ont des installations simples mais de confort suffisant.
L'hébergement en hôtellerie monastique suppose une certaine participation aux tâches domestiques (faire son lit, mettre la main à la vaisselle) et une libre contribution aux frais sur l'évaluation de laquelle chaque communauté donne une indication.
Le responsable chargé des relations avec les hôtes est le frère hôtelier ou la sœur hôtelière.



Pour vous aider dans votre démarche, vous pouvez vous procurer l'annuaire des lieux monastiques édité par la Fondation des Monastères. Pour ce faire, contactez la Fondation des Monastères ou commandez en ligne sur ce site. ( Parutions/Annuaire )

 

                     Cet annuaire est désormais disponible en version numérique :

  • soit sur ce site : sur cette page, cliquez dans la marge droite sur "la carte des communautés".
  • soit sous la forme d'une application disponible pour tous types de smartphones et tablettes. Pour la télécharger, flashez le QRCode qui figure en page d'accueil de ce site, dans l'article "Vous cherchez à faire halte dans un monastère?"

                               Elle propose toutes les informations pratiques qui figurent sur l'annuaire, ainsi que des photos et un système de géolocalisation.                                                                                                                                                                              Elle est gratuite.

 

 

Les archives des "INFONET" de l'association Monastic sont consultables sur son blog. Pour y accéder, CLIQUEZ ICI.

Pour accéder au site de Monastic, www.monastic-euro.org, CLIQUEZ ICI.

Vous trouverez également ici les dossiers verts de l'association. Cliquez sur l'année que vous recherchez pour ouvrir le dossier :

- Dossier vert 2017 

- Dossier vert 2016

- Dossier vert 2015

- Dossier vert 2014

- Dossier vert 2013

- Dossier vert 2012

- Dossier vert 2011

- Dossier vert 2010

- Dossier vert 2009

- Dossier vert 2008a et2008b

- Dossier vert 2007

- Dossier vert 2006

- Dossier vert 2005

- Dossier vert 2004

- Dossier vert 2003

- Dossier vert 2002

- Dossier vert 2001

 

 

 

 

 

 

                      

 

La vie monastique


Les moines et moniales, contemplatifs, sont des chercheurs de Dieu, à travers une vie silencieuse de prière et de travail et une vie fraternelle faite de simplicité et d'humilité.Cette vie de prière est articulée autour de la méditation personnelle de la Parole de Dieu et de l'Office divin chanté en commun et qui rythme la journée (sept offices quotidiens le plus souvent)
Les Ordres, les Congrégations ou les Instituts sont comme des familles spirituelles. Chacune a sa spécificité propre et rassemble des femmes ou des hommes qui se sentent en affinité avec tel ou tel saint, témoin du Christ, révélant son message de l'Evangile.
Nous les présentons succinctement de façon chronologique. L'histoire souvent a influencé l'objet de ces fondations.
En 313, l'empereur Constantin, après sa conversion, donne un statut public à l'Église. Les conversions se multiplient aux dépens de la ferveur. C'est dans ce contexte que le courant monastique va s'accentuer à la suite de ceux qui se sont retirés dans le désert.


• Saint Augustin (354-430) :
Les Chanoines et les Augustiniennes.

Ils se réclament de saint Jean, apprennent l'humilité, la liberté selon l'Esprit, la complémentarité et la solidarité des membres du Christ. L'accent est mis sur la charité. Au XIII° siècle , à la fin du Moyen Age, le courant monastique connaît un nouvel essor. Une nouvelle vie évangélique voit le jour. Seules les branches féminines sont proprement contemplatives comme les Augustiniennes.

                           

• Saint Benoît (480-547) : Les Bénédictins, les Cisterciens,
les Trappistes.

La Règle de Saint Benoît a pour but de créer des conditions favorables à une parfaite recherche de Dieu dans le cadre d'une vie familiale. La contemplation bénédictine se caractérise par le style de vie selon la Règle : - prière - travail - vie fraternelle.

                                      

 

 

 • Saint Bruno (1035-1101) : Les Chartreux.

Les Chartreux sont des ermites avec une part de vie commune.
Une spiritualité d'exception, où l'on quitte tout pour acheter sa liberté de ne penser qu'à Dieu : ascèse, pénitence, pauvreté, obéissance, vie effacée enfouie dans le silence de la solitude qui devient plénitude...

                                 

• Saint Dominique (1170-1221) : Les Dominicains.

L'accent est mis sur la Parole de Dieu. Il souffre de tout ce qui éloigne de l'Évangile et du péché qui abîme. Dominique prêche le don total de soi au Christ, pour que s'accomplisse le mystère du salut. Sa prière est ardente et suppliante, sa prédication l'expression d'une intense contemplation et le fruit de sérieuses recherches théologiques.

• Saint François et Sainte Claire (1193-1253) :

Les Franciscains et les Clarisses.
L'accent est mis sur la pauvreté. Saisis par le Christ, ils sont avant tout au service du malade et du pauvre. Ils manifestent la Bonne Nouvelle. Ils provoquent par l'exemple et la parole donnée dans un monde mercantile dominé par l'argent. Obéissance et fraternité itinérante pour les hommes (mendiants parce qu'ils ne possèdent ni revenus ni terres), contemplation pour les sœurs.

                

• Sainte Thérèse d'Avila (1515-1582) et Saint Jean de la Croix (1542-1591) :

 Les Carmes et les Carmélites ; réforme du carmel et fondations de nombreux monastères.
Héritiers des ermites de Palestine. Il s'agit de se désencombrer pour se laisser envahir par Dieu. La vie au carmel est une vie d'ermites en communauté, où l'amour fraternel n'a pas de frontières et atteint les extrémités de la terre. Une prière qui demeure avant tout sobre et simple.
                                       

• Saint François de Sales (1567-1622) et Sainte Jeanne de Chantal (1572-1641) : La Visitation.

Recherche d'une contemplation de plus en plus dépouillée, où la sainteté ne consiste pas en actions spectaculaires ou en un genre de vie particulier, mais dans la perfection de la charité. Un Amour de l'autre tel qu'il est, dans sa différence, un esprit profondément " humaniste ", soucieux de justice sociale et proche des réalités familiales. Mais également esprit missionnaire et apostolique, surtout depuis le XIX° et le XX° siècles : Ère de l'industrialisation, évolution des modes de communication, découverte de l'aviation, accélération du temps, conscience planétaire...

                                  

• Charles de Foucauld (1858-1916).

Frère universel qui crie la Bonne Nouvelle par toute sa vie. Invitation à méditer indéfiniment l'Évangile, à y contempler Jésus afin de l'imiter, au cœur des masses aussi bien qu'au cœur du désert.